Des dizaines de dauphins ont été retrouvés échoués sur la côte Atlantique en l'espace de quelques jours. Un étrange phénomène qui inquiète les spécialistes de la faune marine.

Voilà 15 jours qu'on ne compte plus les découvertes macabres sur le littoral. Plusieurs dizaines de carcasses de dauphins ont ainsi été retrouvées échouées ces deux dernières semaines, sur les plages de Gironde, mais aussi des Landes, de Charente-Maritime ou encore de Vendée.

Vendredi dernier, on a ainsi recensé 12 dauphins échoués entre Lacanau et Carcan. Chacune des dépouilles présentait des traces de blessures.

« Une année noire »

Comme l'expliquent nos confrères de France Bleu, la plupart de ces mammifères marins se retrouvent piégés dans les grands filets pélagiques des chalutiers. Ils y meurent avant d'être rejetés à la mer par les pêcheurs. Les cadavres dérivent ensuite au gré des courants et finissent par s'échouer sur les plages.

Ayant constaté une forte recrudescence du phénomène, l'observatoire Pelagis de La Rochelle - en charge du recensement des cétacés disparus - considère d'ores et déjà qu'il s'agit d'une « année noire » pour les dauphins du Golfe de Gascogne.

Montrés du doigt, les pêcheurs se défendent en expliquant que certains utilisent des répulsifs sonores pour effrayer les dauphins et leur éviter ainsi de se retrouver coincés dans les filets. Cependant, bien qu'elle ait fait ses preuves, cette technique est dénoncée par l'observatoire Pelagis, qui la juge néfaste pour l'environnement de l'animal.

« Ce dispositif fait fuir les dauphins de leurs zones de pêche », déplore ainsi son président Willy Dabin, lequel milite pour des filets de pêche plus visibles et repérables pour les dauphins. Problème, les pêcheurs s'y opposent car ces derniers considèrent qu'un tel dispositif ferait fuir la totalité des poissons, rendant ainsi la pêche impossible. Pour l'heure, l'observatoire prévient que d'autres cadavres risquent de s'échouer dans les jours qui viennent.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply