Quatre « gilets jaunes » ont réussi à trouver un emploi alors qu’ils étaient installés sur le barrage de Locatoumat, à côté d’Angoulême, dans le cadre de leur mouvement social.

Sur un rond-point situé devant le centre commercial de Lunesse à proximité d’Angoulême, les « gilets jaunes » filtraient les accès aux magasins lorsqu’ils ont reçu la visite du directeur du Leclerc voisin. Au lieu de s’en prendre aux « gilets jaunes » qui freinaient son activité, une discussion s’est alors engagée.« Il nous a dit qu’on n’avait qu’à venir lui déposer des CV », rapporte la Charente Libre.

Le directeur d’un Leclerc embauche quatre « gilets jaunes » sur un rond-point. Crédits : Shutterstock / Gérard Bottino

Après avoir reçu cette proposition de la part du directeur, les quatre « gilets jaunes » n’ont pas hésité une seconde à postuler et ont tous été embauchés. Certains au Leclerc, d’autres dans les boutiques de la galerie marchande. « Les gilets jaunes, ça permet aussi de trouver du boulot », affirme un gilet jaune.

Destin ou non ? Un autre « gilet jaune », posté lui aussi sur le rond-point de Locatoumat et routier au chômage, a également réussi à trouver un emploi.

Les « gilets jaunes » sont bien souvent critiqués par les « anti-gilets jaunes » pour leur manque de détermination dans leur recherche d'emploi : « On nous dit qu’on est des feignants, des bons à rien. C’est faux ! », précise un nouvel employé du Leclerc. Cette embauche sur un rond-point, qui intervient dans une lutte du pouvoir d’achat, prouve bien le contraire.

Désormais, les « gilets jaunes » pourraient bien préférer se poster sur un rond-point plutôt que de traverser la rue pour trouver un emploi.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply