La sonde chinoise Chang'e 4 s’est posée ce jeudi sur la face cachée de la Lune, a rapporté l’agence d’État Xinhua (Chine Nouvelle). Une première !

C’est une prouesse que l’on peut aisément qualifier d’historique ! La Chine a réussi la nuit dernière le tout premier alunissage sur la face cachée de la Lune. Jamais, dans l’histoire de la conquête spatiale, un engin ne s’était en effet posé sur cette surface, invisible depuis la Terre.

C’est à 10h26 (heure de Pékin) que la sonde Chang'e 4 a réussi à alunir dans le cratère Von Kármán. Elle avait quitté la terre le 8 décembre dernier avant de se placer en orbite lunaire 5 jours plus tard. Il s’agit d’un véritable exploit tant la face cachée de la Lune s’avère inhospitalière, avec un relief accidenté fait de montagnes et de crevasses.

« Le lieu, le moment, tout s’est déroulé exactement comme nous l’avions anticipé », s’est félicité Sun Zezhou, l’ingénieur en chef de la mission.

Un vol habité à l'horizon 2022 ?

À peine avait-elle réussi son alunissage que la sonde envoyait un cliché (ci-dessous) de la surface lunaire au satellite Queqiao, resté en orbite autour de la Lune. Ce dernier, lancé par la Chine en mai dernier a pour fonction d’assurer le relais entre le module Chang'e 4 et la Terre.

Cette transmission s’avère indispensable pour collecter des données et piloter le module à distance. C’est un véritable défi qui attend les Chinois. La face cachée étant l’hémisphère tournant constamment le dos à la Terre, il n’est en effet pas possible d’utiliser de « ligne de mire » directe pour communiquer car la masse lunaire interrompt les signaux. Seul un relais, comme celui du satellite Queqiao, peut faciliter ces communications.

L’engin chinois a été envoyé sur la Lune afin notamment de mener des études portant sur les basses fréquences radio, les ressources en minéraux ou encore la culture des tomates et d’autres plantes.

C’est la deuxième fois que la Chine parvient à atteindre la Lune. La première mission, baptisée Chang’e 3, avait permis au robot « lapin de Jade » (Yutu) de fouler le sol lunaire le 14 décembre 2013. Le succès fut toutefois de courte durée car le robot s’était immobilisé après seulement une centaine de mètres.

Cet alunissage constitue un succès retentissant pour le programme spatial chinois, qui envisage un vol habité à l'horizon 2022.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply