À 18 ans, Katie Stubblefield a été totalement défigurée après avoir essayé de se donner la mort en se tirant une balle dans la tête. Elle a bénéficié d’une greffe totale de visage trois ans plus tard et se reconstruit peu à peu.

De son visage d’autrefois, il ne reste que quelques photographies et des souvenirs. Le 25 mars 2014, Katie Stubblelfield, une adolescente rayonnante de 18 ans, se tire une balle dans la tête avec le fusil de chasse de son frère aîné à son domicile. Le grand frère entend le bruit du tir et trouve la jeune fille inanimée et couverte de sang dans la salle de bains. « Le visage de ma sœur avait disparu », se souvient-il auprès du National Geographic, qui a suivi le combat de la jeune fille de très près durant toutes ces années.

La famille appelle immédiatement les secours et Katie est amenée d’urgence à l’hôpital. La balle n’a heureusement pas touché le cerveau. « La pire blessure du genre qu’il n’ait jamais vu », avoue alors un médecin au père de la victime, comme ce dernier raconte dans une vidéo postée par la clinique de Cleveland. C’est ici que s’est tenue la greffe de visage de Katie et aussi qu'a eu lieu en 2008 la toute première opération de ce type aux États-Unis.

Plus de trois ans après le drame, à 21 ans, la miraculée reçoit donc une greffe en 2017, faisant d’elle la plus jeune américaine à recourir à une telle opération et la 39e personne dans le monde.

31 heures d'opération

C’est en mars 2016 que Katie a été mise sur liste d’attente pour une greffe. 14 mois plus tard, un donneur, une femme de 31 ans morte trois jours plus tôt, a été trouvé, et l’opération a commencé. La greffe totale de visage consiste à prélever sur un donneur décédé la partie de la face à greffer. Le greffon comprend la peau, mais aussi les muscles, les nerfs, les veines et les artères. Il est ensuite repositionné sur la face du patient.

Pour ce faire, une équipe de 11 chirurgiens et de nombreux spécialistes ont été mobilisés. Ils se sont aidés d’une imprimante 3D pour reconstituer environ 90 % de la mâchoire inférieure de Katie. Après l’opération, qui a duré 31 heures, Katie est restée en soins intensifs. Des dizaines d'opérations additionnelles ont été nécessaires avant que la jeune femme ne puisse quitter la clinique, le 1er août 2017.

Le combat n'est pas fini pour autant : en plus de faire une lourde rééducation et d'avoir perdu la vue, Katie devra, tout au long de sa vie, prendre des médicaments pour réduire les risques de rejet du greffon. Le National Geographic dédie sa couverture du mois de septembre à la jeune femme et son histoire extraordinaire.

Désormais âgée de 22 ans, Katie explique au magazine américain qu'elle espère aller à l'université dès que possible. Elle souhaite également faire de la prévention sur le suicide et l'importance de la vie auprès des adolescents. « Tellement de gens m'ont aidée. Maintenant, je veux aider les autres en retour », confie cette battante.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply