Mireille Georges, 65 ans, doit beaucoup à son petit-fils, Matthéo, qu’elle a affectueusement - et à juste titre - surnommé son « petit héros ». C’est lui qui, le 6 août dernier, l’a tiré hors de l’eau, à Lezoux, dans le Puy-de-Dôme, tandis qu’elle venait de faire un AVC et commençait à se noyer.

« Sans Matthéo, je serais morte noyée », reconnaît Mireille. Crédits : Jaruek Chairak / Shutterstock

C’était une belle journée d’été. Le garçon de 9 ans et sa grand-mère jouaient tranquillement dans la piscine familiale à Lezoux (63) lorsque la dame de 65 ans a été prise d’un AVC (Accident vasculaire cérébral) et a commencé à se noyer.

« J’ai cru qu’elle me faisait une blague, raconte le garçon à La Montagne. Et puis, je me suis rapproché et j’ai vu qu’elle était bizarre. Elle avait les yeux à moitié fermés et la bouche déformée ». Ce changement de comportement soudain alerte le petit, qui adopte les bons gestes.

Du haut de ses 9 ans et malgré ses trente petits kilos, Matthéo parvient à pousser sa grand-mère sur les marches de la piscine dont la profondeur atteint le mètre 70. « J’ai eu peur parce qu’elle commençait à se noyer. Elle n’avait plus que la moitié du corps qui marchait », se souvient-il.

« Sans Matthéo, je serais morte noyée »

Le garçon court ensuite appeler sa maman, sortie faire des courses, et lorsqu’il revient, sa mamie, inconsciente, a glissé dans la piscine. « Je l’ai ramenée une deuxième fois sur les marches », confie-t-il au quotidien régional.

Sandrine, la maman de Matthéo, prévient entre-temps les secours qui arrivent rapidement sur place et constatent que Mireille Georges a fait un AVC. Près d’une semaine de repos à l’hôpital, dont deux jours en soins intensifs, la sexagénaire sort finalement le samedi 11 août sans aucune séquelle.

« Sans Matthéo, je serais morte noyée. C’est mon petit héros », reconnaît Mireille. Une histoire qui finit bien.

À lire aussi

Comments

Leave a Reply